Quand les années noires reviennent...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le marché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Le marché   Lun 9 Mar - 23:03

Le quartier du marché, une place immense que Néléa dominait chaque jours quand elle sortait de l'une des caravanes du cirque. Elle quittait la plupart du temps la caravane d'Evenb dans laquelle elle passait des nuits, partagée entre ses propres pleurs et les désirs charnels d'Evenb. Mais le quartier du marché n'était pas qu'une place c'était une large partie de la ville où le plan architectural dessinait de larges rues en grande majorité et quelques ruelles très sombres.
Situé dans un coin de la grande place le cirque donnait sur l'ensemble des étals. Néléa adorait cet endroit : se balader entre les gens aux grés de ses envies était à ses yeux une activité fortement passionnante qui révélait chaque jour de nouveaux secrets, de nouvelles choses que l'on ne connaissait pas. Elle se plaisait tout particulièrement, quand elle n'avait pas d'autre choix, à rester près des caravanes pour humer l'air parfumé du parfum des épices qui par chance recouvrait l'odeur des animaux. L'air pur de la montagne rendait l'endroit toujours parfaitement respirable, et jamais encombré par une atmosphère trop lourde et chargé de flux et miasmes pestilentiels.
Malgré la beauté et le charme de l'endroit Néléa savait combien il était dangereux pour une pauvre fille perdue de se promener un peu trop loin de la place. Pourtant chaque jour son esprit criait famine de découvrir, de s'éloigner du foyer de sa perversion et dépravation.
La veille elle avait été particulièrement exaltée par un homme qui criait le retour des animaux. Elle ne comprenait pas tout à fait la notion de retour, mais le récit du sang et des combats avait éveillée en elle une nouvelle ferveur pour le danger qu'elle avait décidé d'affronter le jour même en se rendant dans les quartiers les plus sombres pour y acheter une petite dague de voleur, légère, et peu coûteuse. Elle avait dans l'idée de pousser ses explorations chaque jour un peu plus loin, en espérant rencontrer quelqu'un qui la délivrerait du malheur qui faisait choyer ses épaules.
Son cœur battait légèrement contre sa poitrine. Elle voyait un tourbillon de couleur, de vêtements et de tissus défiler devant ses yeux alors qu'elle marchait avec détermination vers une ruelle qu'elle avait repérée auparavant. Elle se retourna un instant quand elle entendit quelqu’un hurler son nom. Elle renifla de dégout en reconnaissant la voix d'Evenb et reprit sa route en marchant le plus vite possible pour lui échapper.
Quand enfin elle arriva devant une veine de communication un peu plus petite elle s'arrêta légèrement inquiète. Elle secoua un instant sa longue chevelure blanche et d'un pas décidé pénétra l'ombre. Elle tourna la tête autour d'elle observant en plissant les yeux les différents commerces. Elle eut beau regarder plusieurs fois et avec attention elle ne vit que quelques étals vides, derrière lesquels ne se tenait que le silence lourd et oppressant. Un frisson parcouru son échine. Elle avait du se tromper de ruelle. Elle jura un instant contre elle même et fit volte face pour revenir sur ses pas. Elle allait retourner sur la place quand une main employa son épaule. Elle se tourna et leva un sourcil en regardant l'homme qui la tenait. Elle tenta de se dégager et lui demanda faiblement ce qu'il voulait, ce à quoi il ne répondit que par un rire. Elle essaya de s'échapper, en vain car il l'attirait déjà dans l'obscurité et la noirceur. Elle se mit à crier et le mordit plusieurs fois, sans que pour autant il ne la lâche. Quelques personnes tournèrent la tête depuis la place mais aucune ne les vit. Elle gémit quand il la plaqua à un mur et essayant de rester forte réprima un sanglot en sentant ses mains. Quand il commença à caresser son collier de métal elle ne put s'empêcher de pleurer en repensant à la domination d'Evenb. Ses pleurs redoublèrent quand il se mit à la déshabiller peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Lun 9 Mar - 23:51

Kilian força l'allure. Il n'avait pas envie de traîner en ville. Si il était là, c'était pour affaire, rien de plus. Il venait de rendre service à un vieil ami et s'appretait à repartir. D'un pas rapide, il s'engagea dans une ruelle sombre, prit son élan, et sauta agilement par dessus un muret après avoir pris appuie sur la façade décrépie d'une vieille maison. Il stoppa sa course, dressant l'oreille. Passant une langue fine sur ses canines pointues et sur ses lèvres, il écouta longuement. Des pleurs et des protestations lui parvenaient de la ruelle paralelle. Kilian passa une main dans ses cheveux bruns et soupira tout en levant les yeux au ciel. Il fit quelques pas sur le côté, posa sa main contre le mur, et doucement, sa tête fit de même. Il n'avait aucune envie d'aider qui que ce soit. Il voulait repartir dans la forêt, et se faire oublier de ce monde qui se croit civilisé. Il voulait oublier ce monde. Soupirant de nouveau, il fit quelques pas, bien décider à continuer son chemin. Il jeta rapidement un coup d'oeil et vit un homme plaqué contre une femme qui se débattait, les vêtements à moitié arrachés. Il continua sa route puis stoppa de nouveau. Longuement, il pesa le pour et le contre, sans se préoccuper de ce que pouvait ressentir cette femme. Les femmes... Toutes les mêmes. Toutes traîtresses. Ou toutes faibles. C'était soit l'un soit l'autre. Si il l'aidait, elle allait peut-être le remercier, se traîner à ses pieds, comme beaucoup, et il ne le suporterait pas. Elle voudrait parler, elle pleurera... Non. Surtout pas ça. Il était las de ces réactions stupides. Il n'avait envie que d'une chose : partir. Loin, très loin d'ici. Se fonder parmi les ombres, épouser l'obscurité pour ne faire qu'un. Revenir à l'état naturel. Il jeta de nouveau un coup d'oeil pour croiser le regard de la jeune fille. Il était embué par une nuée de larmes amers, mais inexpressifs. C'était une lassitude sans fin. Comme pour dire "Quand est-ce que cela cessera?" Ce n'était pas la première fois que la jeune femme se retrouvait dans ce genre de situation. Seulement le contexte était différent. Légèrement différent. Kilian haussa les épaules et fit quelques pas. Sûrement une prostituée. Pourquoi devrait-il perdre son temps avec cette fille de joie? Elle avait fait le choix d'être là. On a toujours le choix. Kilian savait qu'il préfererait tuer que de se retrouver à faire le trottoire, ce qui était peu probable étant donné son sexe. Mais on ne sait jamais. Ceci dit, il se rendait compte qu'il était plus mauvais que cette fille, puisqu'il préferait détruire les autres que se détruire lui-même. Il hésita de nouveau. Tuer pour survivre, c'est normal. C'est l'auto-préservation. Tuer pour que quelqu'un d'autre vive, qu'est-ce que c'est? Il ne put trouver la réponse. Jetant un nouveau regard à l'homme. *Porc. Tes mains salissent. Porc. Tu as mal choisi ton soir. Tu as ravivé des souvenirs trop durs. Porc, ta luxure me dégoute. C'est clair. Tu as mal choisi ton soir.* Une vague de dégoût monta en lui. Il tenta d'avaler sa salive pour refouler cette folie brûlante qui gonflait son cou, en vain. Il essaya de se calmer: *Ce n'est rien... C'est juste un autre crime dans un monde odieux. C'en est un parmi tant d'autres. Au moment même où je pense, d'autres se font agressés. Pourquoi meriterait-elle plus mon aide que les autres? Pour rien. Alors je vais m'en aller, je vais me tourner et reprendre ma route, lentement, très lentement. Allez fais un effort, il te suffit de faire quelques pas et tu n'entendras plus ces gémissements. Ces pleurs.* Kilian plaqua ses mains contre son crâne, comme pour faire ressortir les souvenirs qui l'assaillaient. Des pleurs, des cris, des gémissements sans fin. Il retint un hurlement. Son crâne menaçait d'exploser. Des images défilaient devant ses yeux sans qu'ils puissent les refouler. Ses yeux verts brillèrent dans l'obscurité, et lentement il se dirigea vers l'homme. *Mauvaise idée mon grand, très mauvaise idée. Calme toi, non, ne fais pas ça. c'est une erreur! c'est une grosse erreur!* Il saisit violement l'homme et le balança contre un mur, tenant fermement son poignet droit sans sa main gauche. Il tendit le bras de son adversaire, plaça le coude contre son genoux et apuya d'un coup sec. Un craquement magistral suivit d'un hurlement déchirèrent l'atmosphère. La voix de Kilian s'éleva dans l'air, bien plus rauque qu'il ne l'avait imaginé:

-Tu as mal choisi ton soir. Aujourd'hui, je suis vraiment pas d'humeur. Et toi...

Kilian se mit à rire, sentant l'hystérie monter en lui:

-Et toi tu te laisses guider par des instincts aussi sales que ton âme. Un jour, tu vois, un jour, tu tomberas sur un homme encore plus énervé que moi, et il viendra manger ses tranches de lard dans ton crâne.

De deux coups de pieds consécutifs, il brisa les jambes de l'homme, lui arracha sa veste qu'il jeta à la jeune femme pour qu'elle se vétisse, et sans un regard, se dirigea vers la place du marché où l'activité y régnant ne témoignait pas le moins du monde de ce qu'il s'était passé. Voilà. Il avait fait une grave erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mar 10 Mar - 20:07

Néléa serra sur elle la chemise et ferma les yeux en silence. Elle était agité de frissons nerveux. Elle entendait dans sa tête les craquements de ses os se répéter sans cesse, sans qu'elle ne puisse y échapper. Elle s'adossa au mur pendant un instant, puis quand les gémissements de son agresseur se firent trop opressants elle fit volte face et sortit de la ruelle resserant encore un peu plus la chemise sur son corps frêle. Une fois qu'elle eut passer la frontière entre ce monde de la nuit et le grand jour elle s'arrêta comme figée. Elle cligna des paupières assez difficilement. Sa bouche, ses mains contre sa peau. Elle porta ses mains à ses tempes qu'elle serra violement d'une pression du pouce jusqu'à ce que la douleur soit trop forte. Elle lacha alors son visage et secoua la tête. Elle essuya rapidement ses larmes et se calma. Elle n'avait qu'une envie sur le moment. Elle voulait rejoindre les bras d'Evenb, elle voulait être dans ses bras et qu'il la sert comme il ne l'avait jamais fait. Elle voulait un peu de compréhension, de gentillesse de sa part pour l'aider à se remettre. Ses yeux se fermèrent à moitié quand elle s'imagina contre lui. Elle esquissa un sourire doux. Finalement l'habituel, le quotidien, c'était si doux.
Bousculée par un passant elle sortit de ses pensées et frissonna. Comment avait-elle put penser un instant à lui ? Pour tout ce qu'il lui avait fait subir ? Après tout c'était de sa faute si elle était dans la rue à faire le trotoir, si elle ne savait pas se défendre. Elle serra du poing. Si seulement elle n'avait pas était paralisée par la panique elle aurait put utiliser ses pouvoirs, ses dons magiques à quelques fins utiles. Elle soupira fébrilement. Heureusement que l'homme avait été là, grâce à lui elle avait échappé à cette honte suplémentaire. Elle frissonna. L'homme, se dit-elle nerveusement. Elle ne l'avait même pas remercier. Elle se redressa et se hissa sur la pointe des pieds pour essayer de le repérer. Elle se mit à arpenter la rue de long en large mécontante, angoissée de ne pas le retrouver. Elle parcouru la place à sa recherche, plusieurs minutes, plusieurs dizaines de minutes.
Quand elle retrouva enfin sa trace il était en train de se diriger vers l'extérieur de la ville, les poings serré le visage baissé. Il marchait le long d'une ruelle quand enfin elle arriva à quelques pas de lui. Essouflée par sa course elle se pencha en avant et posa ses mains sur ses cuisses pour reprendre son souffle. Voyant qu'il ne l'avait pas entendu elle se redressa et se racla la gorge avant de l'interpeller.

"-L'étranger !..."

Elle se redressa. Ses mains sur ses hanches encerclaient délicatement ses formes. Elle se tenait comme une femme de haut rang avec classe et distinction, mais la chemise grande ouverte sur sa poitrine faisait d'elle une femme vulgaire et méprisable. Quand il se tourna enfin elle eut un petit sourire très doux et elle plongea dans le sien un regard profond. Elle ne semblait pas sur le poing de pleurer, pas non plus débordante d'affection. Elle était juste sincère. Elle baissa les yeux un instant et passa derrière une de ses oreilles une mèche de cheveux rebelle. Avant de se remettre à parler elle referma la chemise s'était rendu compte qu'elle était ouverte. Sans gêne ni honte elle le dévisagea à nouveau, franche comme pouvait l'être une enfant.

"-...Je voulais juste... Vous remercier... C'est pas souvent qu'un homme fait ca pour une femme, et surtout un étranger comme vous..."

Elle fit un pas hésitant puis le rejoint franchement et se mit devant lui

"-J'aimerais pouvoir... Faire quelque chose pour vous en retours."

Elle pencha la tête sur le côté avec un petit air taquin, mais reprenant rapidement son sérieux elle lui fit comprendre qu'il n'y avait rien de charnel.

"-.. Je peux vous faire découvrir la ville... Vous donner de l'argent en échange... Vous indiquer quelques endroits... Tout ce que vous voulez... J'aimerais vraiment vous remercier..."

Quand elle apperçu son regard ennuyé elle baissa les yeux et détourna la tête en soupirant

"-Désolée de vous prendre tant de temps..."

L'étranger se détourna d'elle en silence comme s'il ne l'avait pas écouté et reprit son chemin en silence sous le regard perdu de Néléa qui se mordit les lèvres de rage. Elle ne put s'empêcher de jurer ne comprenant pas pourquoi il faisait ca, pourquoi il ne voulait pas lui faire face et accepter ses remerciements. Elle le regarda s'éloigner en silence, et fit quelques pas. Elle l'interpella à nouveau comme la première fois. Cette fois son regard était déterminé. Elle le fixa.

"-...Je veux que vous répondiez... je ne suis peut être rien à vos yeux, mais c'est une raison de plus pour moi de vous demander ce que vous voulez en retour... Vous ne savez pas ce que c'est d'être ce que je suis, alors ne me jugez pas !"

Quand il se retourna étonné vers elle elle rougit furieusement et baissa les yeux soudainement lasse.

"-...Je l'ai vu dans votre regard... Vous... Vous m'avez presque méprisé... Je connais ce regard depuis le temps vous savez... Alors répondez moi !"

Un cri furieux derrère elle la fit se retourner et elle se retrouva face à face avec Evenb. Elle frissonna doucement et se força à sourire, comme d'habitude.

"-Que fais-tu ? Ca fait déjà plus d'une heure que je te cherche et que je cours les rues pour te trouver Néléa... Tu connais ton devoir tu ne peux pas y échapper, alors maintenant viens, la sermona-t-il rudement. Dépèche toi, je n'ai pas envie de t'attendre encore longtemps. Si tu t'enfuies de nouveau je te jure que je ne te détacherais plus petite chienne...
-Attend ! Je t'en supplie attend Evenb !
-Assez d'insolence ! Viens, cria-t-il"

Elle se tourna désespérement vers l'étranger pour qu'il réponde à sa question mais son regard ne rencontra que le vide. Elle jura contre les hommes et vint docilement auprès d'Evenb et le suivit jusqu'au cirque où elle s'assit dans un coin le coeur déchiré de n'avoir put démontrer qu'elle était un être humain à part entière. Elle n'avait qu'une envie c'est qu'il réaparaisse devant elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mar 10 Mar - 23:03

Kilian reprit son chemin. Il n'avait aucune envie d'aider cette fille qui prétendait savoir ce qu'il pensait. Non, il ne la jugeait pas. Ce regard méprisant était destiné à son passé qui défilait devant ses yeux. Il l'avait déjà sauvé une fois, il n'allait tout de même pas recommencer. Il s'assit sur un petit muret et observa du coin de l'oeil le dénomé Evenb. Kilian soupira et se perdit de nouveau dans ses pensées, dialoguant avec son fort interieur. *Bon. Faudrait peut-être te bouger. elle à l'air d'avoir besoin d'aide. Encore. Allez, debout mon vieux. Non? T'as pas envie? Tu ne veux pas entendre ses gémissements et ses pleurs? C'est sûr que c'est tout ce qu'il y a de plus ennuyant. Qu'elle se taise! Qu'elle arrête de protester! Pourquoi se défend elle de cette manière? Cet homme sait ce qu'il veut. Il n'y a qu'un seul moyen. Soit elle frappe, soit elle obéit. Geindre ne sert à rien.* Il se releva et se dirigea vers le cirque. L'appercevant dans un coin d'ombre il s'approcha silencieusement et se posa juste derrière elle, la touchant presque:
-Tu as raison. Je te méprise.
*Ca, c'est un gros mensonge.*
-Je méprise tous les Hommes. Moi avec.
*Ca par contre, c'est vrai.*
-Je n'ai cure de tes remerciements. Ta destinée m'importe peu. C'est toi qui l'a en main. Si tu en es à ce stade, alors c'est que tu as fait les mauvais choix. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi même. Moi j'ai choisi l'exil pour éviter de me fonder à une société telle que celle-ci. Je sais que si je me mèle aux autres, je ferais le mal autour de moi, et la société laissera une empreinte indélibile sur mon âme. Tu as le choix. Si tu ne veux pas saigner, frappe, ou cour. A toi de voir.
Il passa doucement une lame au niveau du cou de la jeune femme et tira d'un coup sec au niveau du fermoir du collier en métal. Celui-ci tomba lourdement sur le sol dans un bruit mat.
-Si tu continues ainsi, tu te videras de ton sang. Spirituellement parlant. Peu importe la douleur physique, c'est celle de l'âme la plus terrible. Le corps coagule mais le coeur saigne tout le temps.
Il se pencha une dernière fois près de l'oreille de la jeune femme et sa voix sensuelle siffla dans l'air:
-Si tu veux être libre :Frappe ou cour. A toi de voir.
En l'espace de quelques secondes, il se retira dans l'ombre. Ces derniers mots résonnaient encore dans l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mar 10 Mar - 23:25

Elle se tourna vers l'ombre comme pour essayer de le voir et laissa échapper un sourire amusé. Néléa perdit vite cet air effronté, car elle savait très bien que toutes les paroles qu'il avait dite étaient vraies. Sauf pour ce qui était des mauvais choix. Elle n'avait jamais fait de choix dans sa vie. Elle n'avait jamais eu l'occasion de profiter de ce que tout le monde appellait la liberté mais qui n'était en fait que le libre arbitre que la société laissait à chaque homme. Elle se leva et ferma les yeux avec un léger sourire

"-...Peut être avez-vous eut le loisir de choisir votre vie mais considérez maintenant que ce n'est pas le cas de tout le monde... Certaines personnes n'ont pas cette chance !"

Elle passa une main dans ses cheveux et regardant en arrière elle se dit qu'après tout il avait sûrement raison. Le coeur battant elle se dirigea vers sa caravane, une main sur son cou libre. Elle rassembla ses quelques affaires qu'elle aimait et mit ses pièces dans une bourse qu'elle cacha dans son décolleté. Quand elle allait rejoindre l'endroit où il était partit elle s'interrompit une demi-seconde. Pourquoi le suivre lui ? Après tout il la méprisait, c'est ce qu'il avait dit. Perdu elle regarda l'ombre le souffle court. Arrêtée dans son soudain élan elle se sentait déstabilisée, incapable d'un choix. Elle soupira. Elle s'en voulait soudainement d'avoir été aussi stupide de vouloir le suivre alors qu'il n'avait cure d'elle, et que de toute manière il ne la connaissait même pas. Elle leva les yeux aux ciels et reprit sa marche, désirant tout de même quitter cette vie. La voix d'Evenb derrière elle la fit trembler de peur et elle se mit à courir, cependant pas assez rapide elle retrouva rapidement le poids de son colier pesant sur ses épaules, plaquée contre un mur de pierre n'écoutant pas les repproches qu'il pouvait lui faire. Ses yeux semblaient être deux braises qui luisaient d'une colère intarissable. Cette fois il allait vraiment l'attaché et elle perdrait le reste de liberté qu'elle avait acquis ces derniers mois.
Elle vit devant ses yeux défiler les images d'aventures, de sortie s'évanouir. Dans ses oreilles le bruit des craquements des os de son agresseur revinrent et elle ne put s'empècher de porter ses mains à ses oreilles ce qui lui valut quelques coups dans le dos. Il la traina au bout du chaine jusqu'au cirque où il l'attacha à sa caravane. Elle s'assit par terre les yeux vides. Le fait d'avoir espérer pendant un moment, d'avoir cru à cette liberté l'anéantissait. Elle aurait du savoir que jamais elle ne l'aurait car elle ne se possédait même pas elle même. Ses yeux attristés glissèrent sur le sol qu'elle caressait du bout des doigts malgré la crasse et la boue.
Quand elle releva la tête elle vit dans l'ombre Kilian. Elle eut un sourire doux, sans aucune rancune et le salua d'un signe de la main, persuadée qu'il allait partir retourner dans son monde. Monde qu'elle aurait aimé connaitre si elle en avait eut la chance. Elle lui demanda d'un un murmure inaudible de penser à elle si jamais il en aurait l'occasion, puis elle ferma les yeux et soupira doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mar 10 Mar - 23:59

Kilian ne retint ni son soupir, ni son haussement d'épaules. Il se retira encore plus dans l'ombre et s'assit contre un arbre, écoutant le chant de la nature. Plus loin, dans la vallée, dans son monde, les loups l'appellaient. La mélodie des rivières s'écoullant dans la fôret lui faisait ressentir ce besoin viscéral de revenir dans son milieu naturel. Il ferma les yeux et se mordit la lèvre, priant pour trouver une pensée correcte qui ne le rendrait ni nostalgique, ni hargneux. Se massant doucement les poignets, il caressa du bout des doigts la cicatrice sous son poignet gauche. Pourquoi restait-il assis là? Pourquoi voulait-il l'aider? Non, c'est faux. Il ne le voulait pas. Il en avait besoin. Il savait que si il repartait maintenant, il penserait à elle tous le temps et aurait mauvaise conscience. Quoiqu'elle dise, on avait toujours le choix. Elle avait juste à marcher, tout droit, sans s'arrêter. Evenb ne serait pas toujours là pour la surveiller. Il laissa ses pensées vagabonder. Lui non plus croyait ne pas avoir le choix. En fait, c'était simple. Il lui avait suffit de tomber nez à nez avec un tuyau en métal, et il avait compris ce qu'il devait faire. Parfois, on atteint un stade de non-retour. Il l'avait passé il y a bien longtemps. Kilian pinça l'arrête de son nez, soupirant. Depuis qu'il avait rencontré la jeune fille, chaque évenement en rapport avec elle faisait ressurgir des bribes de son passé qu'il aimerait ne plus jamais revoir. Chaque jour il se mentait, se disant interieurement que le passé était derrière lui, mais c'était faux. Marqué au fer rouge, il ne pouvait que fair semblant. Lentement, il attendit que la lune soit haut dans le ciel sombre. Il adressa une prières aux astres nocturnes, incertains d'être croyant, et se dirigea vers l'endroit où la jeune femme était attachée. Il la voyait frissonner dans le froid, surement inconsciente de sa morsure, à force d'y être confrontée. Elle somnolait doucement, et c'est ce qui fit comprendre à Kilian que, perdu dans ses pensées, il n'avait pas vu le temps passer. Un instant, il se demanda si elle avait désespérée de le revoir, puis secoua la tête face à ses pensées absurdes. Elle se fichait de lui, elle ne s'en servait que pour fuir cet endroit. Kilian n'avait jamais eu de place, hormis dans la nature, ça n'allait pas commencer maintenant. De toute façon, qu'est-ce que ça changerait? Rien. Il la délivra de son entrave, et l'attrapa fermement par le bras, la réveillant brutalement.
-Viens. Siffla-t-il.
Il la tira sans ménagement, n'ayant ni l'envie, ni le temps d'être courtois, et l'emmena dans la forêt. Alors qu'elle allait ouvrir la bouche, il posa sa main dessus, lui faisant signe de se taire. D'un pas léger et silencieux, il marcha avec célérité jusqu'au bord d'un petit ruisseau. Il s'agenouilla au bord de l'au et croisa le regard de son reflet, déglutissant. Il évitait toujours de se regarder, ses yeux lui faisaient peur. Il avait l'impression que chaque image de lui que l'on lui renvoyait était toujours plus froide et dure. Il avait l'impression de voir quelqu'un d'autre. Pourtant c'était bien lui, cet homme au regard mysterieux, ce tueur aux yeux de loup. Il laissa sa main effleurer la surface lisse de l'eau, créant quelques rides, brouillant ainsi ce reflet qui lui faisait peur. Il se retourna vers la jeune femme qui le fixait étrangement, et il lâcha:
-Je t'ais éloigné de lui. Maitenant fais ce que tu veux. Tu es libre.
De nouveau son regard se perdit sur les crètes sauvages qu'il comptait bien fouler. Faisant comme si elle n'était plus là, comme si il était déjà passé à autre chose, il sortit une de ses dagues qu'il éguisa avec minutie. Chaque fois que la lame criait contre l'autre morceau de métal, il revoyait des souvenirs, des images s'interposant entre lui et ses paupières fermées. Eguisant contre sa cuisse, il agissait de plus en plus rapidement, comme préssé de voir disparaitre ce que seul lui pouvait voir. Il ferma d'un seul coup les yeux, sentant la lame pénetrer sa chair, imbibant son pantalon de sang. Il laissa un juron sortir, et reprit son travail sans se soucier de la douleur qu'il ne sentait même plus, le regard toujours dans le vide.
*Grave erreur.* se répéta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 0:28

Quand il la réveilla elle grogna et le repoussa doucement. Comme il insista Néléa accepta enfin d'ouvrir les yeux et réprima un frisson en voyant que ce n'était pas l'homme qu'elle s'attendait à voir. Elle ne put s'empècher de se demander pour elle même pourquoi il était toujours là et pour qu'il raison il persistait à vouloir l'aider mais elle préféra garder ces réflexions pour elle même. La courses jusqu'en dehors de la ville fut pour elle une épreuve de force. Plusieurs fois elle faillit tomber mais à chaque fois il la tirait un peu plus en avant et lui permettait de se rattraper. Quand ils arrivèrent près de la rivière elle se laissa tomber au sol, les joues rouges, le coeur battant à tout rompre. Elle ne voyait plus très bien, sa vision était entrecoupée d'éclaires rouges très lumineux. Elle se coucha sur le dos, regardant ses bras marbrés de rouge et les laissa tomber lourdement, fermant les yeux serrant les poings. Elle mit plusieurs dizaines de minutes à se remettre de la course et n'entendit même pas ce qu'il lui dit en arrivant.
Au bout d'un petit moment enfin, quand elle s'en sentit la force, elle se redressa. Sa tête tournait encore un peu mais elle ne pouvait rien contre cela. Elle se mit sur pied tremblant à cause du froid et le regarda un instant. Plusieurs questions résonnaient dans sa tête inlassablement. Celle qui revenait le plus souvent était pourquoi ? : pourquoi ici ? Pourquoi elle ? Pourquoi l'aider ? Elle n'avait réellement aucune idée des motivations de cet homme et cela l'agaçait autant que cela la rendait terriblement mal à l'aise.
La peur survint peu après, quand elle eut fait un petit tour dans le noir et qu'elle eu entendu des bruits de bêtes sauvages. Elle recula vers lui en silence, blanchâtre à la lueur de la lune, encore plus que son teint naturel était. De plus les bruits qu'il faisait en aiguisant sa lame l'inquiétait aussi. Elle se demanda un isntant s'il n'avait pas décider de la tuer comme ca près de ce ruisseau comme une tuer une bête, une proie. Elle resta indécise, voulant s'éloigner de la forêt, mais aussi de lui.

"-Pourquoi m'avoir amener ici ? Je... C'est pas... qu'est ce que vous voulez que je fasse ici ? Je... je suis pas chez moi ! Je vis dans la ville pas ailleurs, je ne saurais jamais me débrouiller en dehors de la ville. Il y a tous ces animaux et... Il fait.."

Elle se tut en voyant dans l'eau le reflet de son visage grimaçant. Elle s'approcha de lui malgré sa peur et s'agenouilla près de lui en silence, ne voyant pas quoi faire d'autre. Se taire, c'était tout ce qui pouvait lui faire plaisir surement. Elle ne dirait plus un mot si cela pouvait arranger la situation et qu'il la ramène au cirque. Le cirque. C'était là toute sa vie, elle n'avait d'autre choix. Elle n'avait jamais été aux yeux des gens plus qu'une bête de foire alors pourquoi cela changerait-il ? Pourquoi du jour au lendemain des personnes pourraient la prendre au sérieux ? Elle ne voyait aucune raison. Elle le regarda. Elle baissa les yeux un instant sur sa cuisse. Une horrible tache rouge grandissait sur son pantalon. Elle écarquilla les yeux de manière incontrolée, et se mit à agiter ses mains pétrifiée par la vue du sang. Elle posa prestement ses mains sur sa cuisse sans toucher la blessure et le regarda dans les yeux

"-....Vous n'avez pas mal ? Vraiment pas ? C'est... Ce que vous disiez ? Tout à l'heure ?"

Elle baissa les yeux, serra doucement sa jambe entre ses mains avant de se laisser retomber à ses côtés en silence. Elle avait peur, froid mais quelque chose en lui la titillait. Elle le regarda à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 18:00

Lorsqu'elle le toucha, il recula par reflex. Son regard se posa d'abbord sur sa blessure, et après un haussement d'épaules, il la regarda dans les yeux.
-Oh, du calme. L'esprit est capable de supporter les douleurs les plus insoutenables. Celle-ci n'est rien. Je ne la sens même pas.Oublis moi. Je t'ai sortit de là-bas, maintenant tu es libre. Vas où tu veux.
Le hurlement d'un loup retentit, déchirant l'atmosphère. Il vit la jeune femme reculer un peu. Soupirant il secoua la tête.
-Et bien ce n'est pas gagné. N'aies pas peur des animaux, car au fond, ce sont eux qui te craignent. traite les avec respect, ils te le rendront.
Kilian rangea son couteau et trempa ses doigts dans l'eau. Sans broncher, il se releva, prenant parfaitement appuie sur ses deux jambes. Il avait croisé le regard effrayé de la jeune femme, et se doutait bien qu'elle n'avait pas seulement peur des bêtes.
-Tu n'as rien à craindre de moi. Du moins, tant que tu ne me cherches pas.
Il soupira,prit appuie contre un arbre et se laissa glisser contre lui. Qu'allait-il faire, demain, et les jours à venir? Où allait-il être? Il n'en avait aucune idée et s'en fichait royalement. Il avait pour habitude de vivre au jour le jour. Ses pensées vagabondèrent un instant sur les côtes et les crètes qu'il avait déjà foulé, sur les lacs qu'il avait traversé, les falaises qu'il avait escaladé... Revenant de plus en plus en arrière, il se replongea dans son lointain passé, un passé qu'il aurait voulu oublier. De nouveau il se revit, au main de ceux qu'il avait du appeler "père" et "mère". Il contracta ses maxillaires, le regard dans le vide, fixant intensément la rivière, regardant ce que lui seul pouvait voir. Ses yeux verts brillèrent d'un mélange de colère et de peur. Sa gorge se noua et il massa instinctivement son torse, à l'emplacement de son coeur qui avait trop souffert. Il posa sa tête contre le tronc de l'arbre, fixant le ciel de son regard brillant. Peu à peu, ses yeux rencontrèrent ceux de la jeune femme. Il comprit qu'il avait passé beaucoup de temps dans ses pensées. Ses yeux luirent au milieu de l'obscurité. Seul ces deux étoiles d'émeraude se voyaient dans la nuit, le reste de son corps étant trop difficil à distinguer. Sa voix mysterieuse brisa le silence pourtant agréable à ses yeux, peut-être effrayant à ceux de la jeune femme:
-Qu'est-ce que tu fais encore ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 21:51

Elle sursauta quand il lui adressa la parole. Néléa était sur l'instant en train d'essayer de laver son corps avec l'eau gelée de la rivière. Quand elle avait remarqué, il y a quelques heures déjà qu'il ne bougeait pas, ne l'écoutait ni ne la voyait elle avait pris la décision de se laver des meutrissures de la journée pour panser son coeur saignant. Après tout il avait raison. Ce n'avait jamais été les coups qui l'avait le plus blessé, mais le fait que sa mère l'ait lâchement abandonné après l'avoir marqué à vie, et toutes les épreuves qu'Evenb lui faisait enurer depuis son enfance. La perte des êtres qui lui avait semblait chers durant le massacre et le meurtre de son mentor avait aussi créer des troubles en elle.
Elle frissonna un isntant à cause de son regard, mais aussi à cause de l'eau froide qui glissait le long de sa peau. Elle avait déjà froid avant de se laver, mais avait décidé de s'infliger cette douleur suplémentaire pour se défaire de la honte qu'elle avait eut dans la journée. Elle remonta les manches de la robe courte qu'elle avait prit le temps d'enfiler juste avant d'essayer de s'enfuir, en même temps qu'elle avait rassembler ses affaires. Elle se redressa vaguement et le regarda. Depuis quelques minutes la lune avait disparu derrière les nuages et elle ne distinguait même pas son propre corps. Elle se leva et se dirigea lentement vers là où elle estimait qu'il était. Elle se rassit près de l'arbre sur lequel il s'était adossé et leva les yeux vers lui

"-Parce que je n'ai pas envie de mourir si tôt... Si vous me laissez seule dans cette forêt je ne saurais rien faire, même pas me nourrir, alors je ne pourrais jamais résister, c'est pourquoi j'ai fait le choix, le premier de ma vie, de rester à vos côtés... Je pense que cela va vous exaspérer assez rapidement... D'ailleurs vous avez déjà l'air fatigué de ma présence, mais je camperais sur mes positions... Je ne veux pas mourir..."

Elle baissa les yeux et passa ses bras autour de ses jambes qu'elle avait ramené pendant qu'elle parlait contre sa poitrine. Elle soupira et posa son front contre ses genoux et secoua doucement la tête. Quelques minutes plus tard elle leva les yeux vers lui.

"-...Vous avez dit que j'avais fait des mauvais choix, juste avant que j'essaie de m'enfuir, vous vous souvenez ? Mais... Est-ce que le fait qu'on me fasse subir les pires choses depuis que je suis enfant peut faire que j'ai fait les mauvais choix ? N'avez pas vous même été guidé pendant votre enfance ? Vous êtes beaucoup plus vieux que moi, vous avez beaucoup plus de chance de savoir vous débrouiller seul parce que vous avez eut l'occasion d'apprendre. En plus vous êtes un homme. Non pas que je me considère comme faible à cause de mon sexe, mais... Disons que la façon dont on nous a éduquer n'a pas été la même je présume... Bref tout cela pour dire que je ne pense pas être si coupable de ma vie autant que je ne pense pas pouvoir la maitriser comme vous le dites..."

Elle serra un peu plus ses jambes, gelée par l'eau et le vent qui commençait à se lever. Un hurlement la fit sursauter et elle se recroquevilla sur elle même terrifiée. Elle croyait en la dangerosité des animaux. Peut-être n'étaient-ils pas tous aussi agressif que ce qu'elle avait entendu, mais elle était persuadée que certains d'entre eux s'attaquait à l'homme comme à une proie normale. Sa respiration sifflante s'apaisa un peu dans la minute qui suivit et elle trouva enfin le courage de reprendre la parole :

"-Je suis sûre... Qu'un jour déjà vous avez ressenti ce que je ressens. Je suis sûre que dès fois vous sentez que tout vous échappe, que vous ne pourrez jamais rien contrôler parce que d'autres le font pour vous avec les plus mauvaises envies. Et puis certaines fois les choses vont trop vites pour que vous puissiez les comprendre et réagir à propos... Et là... Tout dérape..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 22:40

Il étouffa un grognement lorsqu'elle lui anonça sa décision de rester ici. Pourquoi lui avait-elle dit qu'elle était libre de ses choix? Un sourire s'étira sur son visage, quoique peu visible, mais s'effaça aussi tôt que la jeune femme parla du passé. Il détestait ça. Il haïssait au plus haut point parler du passé. Mais il allait le faire une fois. Juste une dernière pour lui faire comprendre qu'elle ne devrait plus aborder ce sujet si elle tenait à la vie. Quiconque évoquait son passé, en croyant le connaître réduisait instantenément son espérence de vie.
-Ton passé peut influer sur ta façon de voir les choses, mais si tu fais les mauvais choix, ce n'est pas à cause de lui. Du moins, pas directement. C'est à cause de la peur qu'il a engendré. Ce n'est pas une excuse. Loin de là. Tu es encore jeune. Ne dis pas que tu as subi les pires choses. Je ne sais pas ce que tu as vécu, et je ne veux pas le savoir, mais sache que dans ce monde il y a toujours pire. Ensuite, tu dis que j'ai de la chance de savoir me débrouiller, parce que j'ai eu l'occasion d'apprendre. Je t'arrête tout de suite. Ca ne dépend que de toi. Personne ne m'a éduqué. J'ai appris seul, sur le tas, parce que ma survie en dépendait. Si je te laisse là en pleine nature, tu as le choix: Soit tu retournes dans ton cirque ou en ville, soit tu survis dans la nature, sois tu meurs. Les deux derniers choix ne dépendent que de ta capacité d'adaptation et ta volonté de vivre. Ou plutôt de survivre. Les deux premiers: c'est la facilité. De toute façon, si tu n'as pas cette rage de vivre, que tu retournes en ville ou dans ce cirque, le résultat sera le même. Evenb te retrouveras, et tu n'arriveras pas à te défendre.
Il marqua un silence puis reprit:
-Quand je dis qu'on ne m'a pas éduqué, je n'exagère pas. Le seul guide que j'ai eu durant mon enfance, fut l'instinct de survie. C'était ainsi. Sois t'apprends à survivre seul, sois tu meurs. Si ton passé est si horrible que tu sembles le croire, il y a deux possibilités: soit il t'as endurci, sois il t'a détruit au point de te rendre sans défense. Il n'y a qu'un seul moyen de s'en sortir: Garde la tête hors de l'eau. Bats toi tous les jours pour oublier. Il n'y a que toi qui peut prendre des décisions pour ta vie, que toi qui peut la maîtriser. Personne d'autres. Si tu te plies aux désirs des autres, même les plus mauvais, alors c'est ton choix. Tu crois l'avoir fait par dépit, tu te dis que tu étais obligé, mais c'est faux. A toi de voir si tu veux être maître de ta vie, à toi de voir dans quel groupe d'individus tu veux faire parti: ceux qui pensent et agissent par eux-même, ou ceux qui sont manipulés par les autres. Les forts, ou les faibles. Tu as le pouvoir de dire "non", tu as le pouvoir de dire à ton corps de refuser, d'avancer, ou de reculer, tu as le pouvoir de frapper, avec les mots, ou ton corps. Tu as tout le pouvoir. Le tout, c'est d'avoir le courage de s'en servir.
Repensant aux dernières paroles de la jeune femme, une montée d'adrénaline lui monta à la gorge, enflammant ses veines et son cou. Il reprit d'un ton encore plus glacial:
-Je te déconseile fortement d'essayer de me cerner ou d'en savoir plus sur ce que je suis ou ce que j'ai ressenti. Tu ne sais rien de ma vie, et c'est tant mieux ainsi.
Il s'approcha d'elle, sa voix sensuelle mais ténébreuse sussurant tout près de son oreille:
-Crois-moi quand je te dis que lorsque tout nous échappe, il suffit d'un geste pour reprendre le contrôle de sa vie. Si tu crois qu'on manipule ta vie, tu te trompes. On te manipule toi, et tu te plies donc pour accéder aux désirs de celui qui te dirige. C'est to iqui fléchit. Mais les meilleurs manipulateurs ne jouent pas de tes faiblesses, ils déjouent tes forces. C'est à ce moment là que tu te crois désarmé, faible. Seulement, l'énergie du desespoir est bien plus puissante que toutes ces machineries. Un jour tu la sentira, cette énergie.
*Il suffit d'un geste pour reprendre le contrôle de sa vie. Un geste, et un bon tuyau en métal.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 23:11

Pendant qu'il parlait elle sentit son sang se mettre à bouillir. Sur quoi se basait-il pour oser continuer à dire qu'elle avait fait les mauvais choix ? Avait-il ne serait-ce qu'un instant aperçu son passé pour comprendre ce qu'elle était ? Avait-il lui vécu enchainé de la tête au pied sans pouvoir bouger depuis l'âge de la plus petite enfance ? Avait-il était un objet de troc pour sa mère ? Elle serra les dents, sa vue se couvrit d'un voile rouge. Elle se mordit l'intérieur des paumes pour se calmer et tenter de ne pas sombrer dans la colère parce qu'elle n'avait aucune envie de se le mettre à dos. Ses mots se répétaient inlassablement dans sa tête. Quand par malheur il eut l'audace de s'approcher un peu trop près d'elle, elle pencha le coup sensuellement les lèvres entrouvertes. On aurait put croire pendant un instant qu'elle désirait qu'il continue mais dès qu'il se fut tut elle se recula d'un bond le repoussant violemment. Sa respiration était rapide, ses poings se serraient et se desseraient en continue comme si elle tentait de pomper le mauvais sang qui coulait dans ses veines et qui ne lui donnait qu'une envie : se jeter sur lui pour le faire payer de son affront. Son regard vint se planter dans le sien et elle siffla entre ses dents.

"-...Tais toi ! Tu es orgueuilleux parce que tu crois connaitre la vie mieux que quiconque, je ne sais pas non plus ce que tu as vécu, mais tu es insolant, tu ne te préoccupe même pas de savoir à qui tu as affaire, ni ce que cette personne à vécu pour la juger du haut de ta piètre armure de froideur ! Qu'est-ce que tu sais de ma vie pour me dire que j'ai fait les mauvais choix ? Qu'est ce que tu sais de ce que je suis pour me dire que j'ai mes chances ? Qu'est ce que tu sais du monde pour globaliser les choses comme tu le fais ? En fait, je me demande si c'est vraiment toi qui ne veux plus de la socièté. Ne serait-ce pas le contraire ? Repoussé parce que tu as fait subir ce que tu me fais subir à d'autre ?"

Les larmes de colère se mirent à glisser le long de ses joues. Ses cheveux collaient soudainement à son front à cause de la sueur. Elle sentait en elle cette énergie qu'elle préférait garder refouler.

"-Tu me demandes de ne pas te cerner ? Soit mais ne me fais pas l'audace de me juger comme tu le fais ! Moi aussi je pourrais te faire du mal même si cela me couterait la vie ! Et pourtant je ne le fais pas ! Non pas que j'ai peur de mourir, non, j'ai juste beaucoup plus de respect pour les autres que toi !"

Elle se courba en avant, comme un animal sauvage prêt à frapper, à attaquer et elle se plongea un peu plus dans son regard.

"-Tu ne veux plus me voir pour que je sois enfin libre ? Très bien je vais tacher d'aller périr ailleur puisque c'est ma destinée mais laisse moi d'abord te faire un petit cadeau..."

Elle posa ses mains sur ses tempes le regardant dans les yeux puis s'immisca dans son esprit comme elle savait si bien le faire. Sa rage était tellement forte qu'elle n'arrivait pas à se décider. Elle choisit finalement de l'obliger à regarder la rivière où elle fit apparaitre à ses yeux la scène d'un meurtre. Plusieurs fois. Plus d'une dizaine de fois elle l'obligea à regarder ce meurtre avant de trébucher, se tenant la tête entre les mains en gémissant de douleur. Elle s'éloigna à pas maladroits, les larmes aux yeux, tant à cause de la douleur, qu'à cause de ce qu'elle venait de lui faire voir. Pour l'obliger à voir cette image elle avait du elle même la voir, et s'être repassé plusieurs fois dans son esprit la mort de son mentor l'avait brutalisé. En plus, elle n'osait se l'avouer mais elle sentait bien qu'elle le regrettait déjà, pour une raison inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Mer 11 Mar - 23:42

Kilian éclata de rire. Ca faisait longtemps. Son rire explosa dans l'air comme du cristal, le faisant frissonner. Il secoua la tête:
-Je ne crois pas connaître la vie mieux que quiconque. Je dis seulement ce que je pense. Si j'étais orgueuilleux, je me vanterais. Non. Comme je te l'ais dis, je hais les Hommes. Tout le monde. Moi y comprit. Et par dessu tout. Je ne te juge pas. Je ne dis pas que tu as fais les mauvais choix. Je te dis tout simplement que tu as fais des choix. A toi de voir si ils sont mauvais ou non.Ensuite, tout le monde a ses chances: ouvre les yeux. Si tu veux t'en aller, tu peux le faire. Ce n'est pas moi qui te retiendrais. C'est toi qui a décidé de rester avec moi. Je t'ai simplement libéré d'Evenb. Tu es libre. Fais ce que tu veux.
La colère montait en lui. Ce qu'elle lui avait dit ne l'avait pas ému le moins du monde, mais ses larmes l'énervaient. Il détestait voir les gens pleurer. Ca lui donnait des envies de meurtres.
-En effet, je me fiche de savoir à qui j'ai affaire, vu que je ne m'atarderais pas avec cette personne. Comme je te l'ais dit, j'ai choisi l'exil. Entre la vie et moi, c'est une vieille histoire. Je ne suis même plus sûr de savoir qui rejette qui. Je hais cette société, et elle me le rend bien. L'amour rend faible. Je l'ai appris à mes dépends.Et tu sais pourquoi? Parce que les personnes que l'on nomment "vétérans". Les hommes comme moi, sont rejettés par le pays pour qui ils ont tout donné. Quand on rentre au pays, ceux pour qui ont s'est battu, pour leur paix, nous rejettent, nous voient comme des bouchers. Mais ce n'étais pas eux dans les tripes, donnant tout ce qu'ils avaient, ce n'étaient pas eux sur qui tombaient les viscères de nos frères éventrés. Et pourtant... Je ne leurs en veux pas au fond. Je ne suis pas un type bien. Je n'ai pas la prétention d'y croire, ou de le dire. Je suis juste la merde oubliée d'un monde qui ne tourne pas rond. Depuis le début de ma vie je ne fais que rendre la monaie de leur pièce à ceux qui me cherchent. Jamais je ne viens chercher quelqu'un. Je ne fais que rendre les coups que l'on m'a donner. En ce qui te concerne, je dis ce que je pense. Ca évite l'hypocrisie. Et j epréfère parler franchement que de montrer une façade ridicule qui ne me représente pas. Et une dernière fois, je ne te juge pas. Je ne ressens rien. Tout est entièrement platonique. Ce que je pense de toi n'a pas d'importance. D'ailleurs je ne me suis jamais posé la question. Je t'ai sortit de cette ruelle, puis de ton cirque, parce que ça me semblait juste. Je ne peut prétendre être un homme bien. Je peut faire semblant d'être l'homme que tu aimerais que je sois, et qui te dirais gentiment de rester, qu'il te protègerais. Parce que le jour où les masques tombent, tu en souffrirais plus. Si tu voulais t'attacher à moi, tu avais plutôt interer à aimer la déception. Ce que tu n'as vu n'est rien.
Il laissa un silence s'installer puis reprit lentement, faisant siffler sa voix dans l'air lourd qui les entourait:
-Crois moi, j'en ai vu des meurtres. Tu t'imagines peut-être que parce que tu m'as montré ce souvenir, je vais m'apitoyer sur ton sort? Qu'est-ce que tu veux? de la pitié, ou du respect? Parce qu'il y a une grande difference. Je t'ai sortit de là où tu voulais partir? Et tu veux en plus que je fasse semblant d'être un autre? On ne peut pas tout avoir. Moi je ne te demande rien. Toi tu fais comme tu veux. Je suis d'accord sur le fait que tu as peut-être vécu des évènements traumatisants, peut-être pire que les miens. Je n'en sais rien, et je m'en fiche, parce que le passé doit rester derrière moi, le faire ressortir ne me fera pas avancer. Et c'est pareil pour toi. Tu ne peux pas construire un avenir sur les ruines d'un passé, sinon tout est à redétruire. La seule personne que tu fais souffrir en ressortant ces souvenirs: c'est toi. Je ne te donnerais pas de conseil là-dessus, parce que tu croirais de nouveau que je suis un homme orgueuilleux qui croit tout connaître.
Il se leva, et referma sa veste sur sa poitrine, tout en lui tournant le dos, il lança, avant de se diriger vers le coeur de la forêt:
-Tu fais bien ce que tu veux. chacun a ses règles de conduites, à toi d'établir les siennes. Moi, je vais continuer à farie ce que je m'efforce de faire depuis des années: survivre, et faire ce qui me semble juste.
Sa voix ne fut plus qu'un soupir reflétant son épuisement:
-Au fond, s'est comme... comme se noyer constament. On a l'impression d'être dans un lac gelé à longueur de temps, et à chaque fois qu'on tente de sortir la tête pour repsirer, on se rend compte qu'on ne fait qu'avaler cette eau noire et lourde qui pénetre en soi, nous faisant couler jusqu'au fond, où on attend la fin, asphyxiant toujours un peu plus. J'espère sincèrement que tu arriveras à dépasser ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Jeu 12 Mar - 21:26

Elle réprima quelques méchantes paroles et s'approcha. Elle se plaça à quelque pas de lui et le regarda profondement dans les yeux. Elle sourit à demi, pour elle même. Elle ne savait pas pourquoi elle souriait. Peut être c'était seulement l'excitation Elle baissa les yeux souffla doucement sa colère, comme si elle était encore atteinte par ses paroles mais ne dit rien. Elle n'avait pas envie de le faire souffrir pas plus qu'elle n'avait envie d'endurer ses sarcasmes. Elle passa ses mains sur ses cuisses comme pour se donner du courage et entrouvrit les lèvres :

"-... D'accord j'ai fait plusieurs erreurs... Je dois les corriger, rien n'ai trop tard si j'ai bien compris ? La vie... Enfin quand on est en vie on peut toujours avancer. Je ne fais qu'interpréter ce que vous avez dit.. Laissez moi continuez s'il vous plait !"

Elle le regarda dans les yeux. Il n'avait pas encore l'air d'avoir envie de répliquer. C'était plutôt positif. Elle s'approcha encore un peu, les yeux rivés sur son torse, l'air penseur. Elle fronça légèrement les sourcils et rétrécit les yeux comme si elle cherchait quelque chose, puis reprit la parole :

"-...Si je veux pouvoir vivre ma vie il faut que je morde dedans ? Que je morde la première pour gagner ma place aussi dur faudra-t-il que je me batte... Très bien, je tacherais à l'avenir de disputer mon bonheur à quiconque tentera de me le prendre mais ce n'est pas tout. Il n'y a pas que le bonheur non ? Il faut se dépasser si j'ai bien compris. Passer au délà des épreuves, au dessus des autres ! Il faut apprendre à vivre c'est ça ce que vous me dites ? Si je comprend bien..."

Elle baissa les yeux et esquissa un sourire. Elle leva une main jusqu'à sa poitrine qu'elle posa doucement sur le haut de son sein gauche avec un léger sourire comme si quelque chose la réchauffer de l'intérieur.

"-Je ne sais pas pourquoi, mais tout cela me semble... Si familier ! Comme si c'était ancré en moi ! Oui je pense que familier c'est le mot qui convient le mieux pour décrire ce que je ressens !"

Elle le regarda dans les yeux amusée et s'excusa de trop parler en riant de manière légèrement nerveuse. Elle s'approcha un peu plus l'air soudainement plus sérieux et posa une main à plat sur son torse comme pour l'empècher de se partir et de défiler. Elle le regarda dans les yeux tranquillement.

"-...Apprend moi à vivre, apprend moi à me battre... Et je te laisserais tranquille. Tu n'auras plus jamais à m'aider ni à me donner un coup de main ! Et peut être même si j'en doute, ca t'ameneras un peu de fierté !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 14 Mar - 22:34

L'homme l'écouta en silence, hochant parfois la tête imperceptiblement. Lorsqu'elle lui fit part de sa requête, Kilian maugréa dans sa barbe. Il fit quelques pas, hésitant, puis s'arrêta et se retourna, sondant la jeune femme de son regard vert profond.

-C'est vraiment ce que tu veux? Apprendre à te battre? A vivre? J'aurais du mal. Je ne sais pas vivre.

Il marqua une pause et passa une main dans ses cheveux sombres.

-Avant tu dois apprendre à survivre. Non?

Il s'assit et massa sa cuisse endolorie, tout en jetant un regard sur les alentours.

-Quoique tu veuilles savoir, je ne suis pas sûr d'être le mieux placé pour te l'apprendre. Je peux toujours essayer, ceci dit.

Ilposa sa tête contre le tronc de l'arbre, les yeux fermés, avant de tourner lentement son regard vers la jeune femme:

-Vas-y dit moi, je t'écoute. Qu'est-ce qu'un homme "orgueuilleux" comme moi pourrait bien t'apprendre?

Son regard vert sombre mais brillant se planta dans les yeux de la jeune femme, sûr de lui, mais fatigué, attendant la réaction de son interlocutrice. L'obscurité était de plus en plus opressante, et le bruissement du vent dans les arbres masquait l'agitation animale qui était pourtant bien présente. Kilian pouvait le sentir, et ses nombreuses années dans la nature lui avaient donnée confirmation. Il passa une main ensanglantée sur son front, avant de jeter un regard exaspéré aux traces rouges sur sa paume, essuyant les traces de sang pourpre sur son front, d'un revers de manche. Soupirant, il reporta son attention sur la jeune femme, guettant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 14 Mar - 23:25

Elle frissonna. La détermination passée et la flamme de son espoir refoidie par l'éclat dur de sa voix et de ses paroles elle regagna la peur qui ne l'avait jamais quitté mais qui s'était tu pendant un moment. Elle regarda autour d'elle les sourcils froncés, le teint pâle. Elle se reprocha lentement de lui pour finalement venir se placer sous sa protection, de manière totalement dominée : elle se colla lamentablement à lui et baissa les yeux consciente que cela ne lui plairait surement pas et qu'il risquait de la voir encore plus mal qu'avant ce qui n'arrangeait pas ses affaires. Elle posa son front contre son torse tiède et doucement ses mains. Elle tremblait à nouveau de froid de peur, et la chaleur humaine qu'il dégageait, bien que relativement faible, lui faisait le plus grand bien. Elle ferma les yeux et soupira doucement

"-...J'ai plus d'une vingtaine d'année, alors on va dire que je sais survivre... J'aimerais vraiment que tu m'apprennes à me battre, que je sois capable de quelque chose, comme de me défendre ! Parce que là j'ai peur de tout, de rien aussi, et cela ne me permettra pas d'avancer... Je ne suis qu'une chose faible inutile..."

Elle leva la tête vers lui et le regarda d'un air à la fois suppliant et déterminé. Elle serra son haut entre ses mains et ferma les yeux

"-...Un homme orgueilleux comme vous pourrez m'apprendre l'art du combat, car cela se sent sur son visage et dans ses gestes qu'il est maitre dans cet art. Il pourrait aussi peut être m'apprendre à vivre dans la nature, bien que j'aimerais retourner en ville si c'était possible !"

Elle passa une main sur son visage

"-Jsuis désolée de vous avoir traité d'orgueilleux, mais... je n'avais pas aimé que vous me parliez de cette manière. Vous le comprenez très bien : vous ne voulez pas que je prétende vous comprendre : cela revient parfaitement au même. En tout cas, si vous voulez je pourrais vous apprendre un peu ce que je sais moi, en contrepartie. Je suis sûre que vous trouverez un intérêt mieux placé que le mien en la magie..."

Elle frissonna de nouveau et cacha son visage contre son torse à cause du grognement d'un animal sauvage tout près, qui ne lui semblait pas inofensif du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 21 Mar - 12:48

Il ravala un grognement lorsqu'elle se serra contre lui et leva les yeux au ciel, mi-énervé, mi-géné. Il ne ressera pas son étreinte, s'arrêtant presque de respirer pour ne pas bouger. Lorsqu'elle lui parla de magie, il se raidit, repensant aux experiences de son beau-père. Fermant les yeux, il prit une grande inspiration et chassa tant bien que mal les souvenirs qui l'assaillaient. Après un long silence, il finit par lacher:

-Il y a une chose que je ne peux t'apprendre: C'est vivre. J'en suis encore au stade de la survie. Je peux toujours t'apprendre quelques notions de bases pour le combat, et l'essentiel pour la survie dans la nature. Seulement tu verras rapidement que le plus important ce n'est pas la théorie mais la pratique. Tant que tu ne seras pas livrée à toi même dans le monde sauvage, qui est, néanmoins, plus civilisé que celui des hommes, tu ne sauras pas vraiment survivre. Il faut avoir beaucoup de chance, pas mal d'instinct, et surtout, les réflexes qui sauvent. Enfin bref, on aura tout le temps de voir ça.

Il se tu un instant et écouta en silence. Se redressant d'un coup, il vint se tapir, accroupi, dans l'ombre. Un grognement féroce lui parvint, et son regard balaya méticuleusement le paysage. D'un signe de la main, il fit signe à la jeune femme de rester silencieuse.Dans l'obscurité, deux yeux jaunes se mirent à briller. Un sourire en coin se dessina sur le visage habituellement fermé de l'homme. La bête s'approcha à pas prudent. Pendant ce qu'il sembla une éternité, l'homme et le loup se fixèrent. En cet instant leurs differences se noyaient derrière leur attitude commune. Droit, immobil, silencieux, tel des statues, l'homme et la bête sondaient de leurs regards, celui de leur adversaire. Les yeux verts de Kilian avaient pris une teinte acier, tout comme ceux du loup, qui viraient du jaune au gris. L'homme devenait loup, le loup devenait Homme. Pendant un moment, hommes et bêtes étaient à églaité, ayant le même langage, les mêmes lois. Pendant un instant, on aurait pu douter de leurs différences. Pendant ces quelques minutes, Kilian n'était plus un homme. Il était revenu à l'état sauvage, il était de nouveau la fierté de son peuple: un loup. Le temps ne semblait pas plus les affecter que le vent glacial. Le silence était presque religieux. Au bout d'un certain moment, un grondement sévère monta dans la gorge du loup, auquel l'homme répondit de la même manière. Les oreilles de la bête se couchèrent encore plus, et il dévoila des canines pointues qui luirent à la lumière de la lune. Il aboya dangereusement, mais l'homme ne broncha pas, se relevant même encore plus, renforçant ce grognement effrayant. Au bout de ce qui parut une éternité, le loup avança lentement, la queue entre les jambes, avant le lecher le menton de Kilian, montrant clairement sa soumission. Il finit par se rouler sur le sol, toutes pattes en l'air. Il finit par se relever, de ce langage muet qu'ont tous les loups, Kilian lui fit signe de s'en aller. Une fois qu'il fut sûr que la bête avait déguerpie, il se retourna vers la jeune femme, toujours recroquevillée sur elle-même. Sans la regarder il lui dit:

-Les loups ont un langage bien plus développé que celui des Hommes. Relève toi. Tu n'as pas a avoir peur d'eux. C'est eux qui ont peur de toi. Rares son les loups solitaires, et celui-ci n'était pas assez robuste pour en être un. Il doit y avoir une meute pas très loin. En ce moment, le gibier n'est pas très abondant. Il vaudrait mieux éviter de le leur prendre. Si tu as faim, il faudra chasser ailleurs. De toute manière, on bouge. Je ne tiens pas à rester dans les parages. J'ai beau aimer les loups et leur bon caractère, je sais que l'instinct de survie est le plus fort, et je ne tiens pas à servir de repas à une meute de loups affamés. Je suppose que toi non plus. Si nous marchons vite, on peut rapidement les semer. De toute manière, ils ne nous traquerons pas. Je préfère juste éviter qu'ils nous tombent dessus si on reste ici. Viens.

Tout en parlant, il rassembla quelques affaires, avant de serrer sa blessure dans un linge humide qu'il aspergea d'un peu d'absinthe.

-L'alcool masque assez bien l'odeur du sang. J'aimerais éviter de tenter le diable en les alléchant. En plus, ça désinfecte.

Il lui sourit. Son regard avait perdu cette teinte métallique et était redevenu d'un vert brillant. Le vent souffla encore plus fort, et, la tête renversée, Kilian huma l'air de son odorat surdéveloppé.

-Il y a quelques biches qui se déplacent vers nous. Les loups ne vont pas tarder à les rejoindre. Il faut qu'on se dépèche. Ils arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 21 Mar - 15:00

Elle le regarda en silence. Son regard fixe et ses mains tremblantes semblaient indiquer que l'apparition du loup l'avait figé dans la terreur. Une bête sauvage ! Devant elle, à quelques pas d'elle. Néléa se sentait de plus en plus loin de la scène qu'elle observait pourtant de ses propres yeux, comme si toute sa conscience se soulevait pour rester à quelques mètres au dessus de sol et observer son corps inerte. La peur avait soudainement disparue comme si le fait d'être au dessus de tout lui permettait de faire abstraction de l'idée de mort et de danger. Cette situation ne dura que l'espace d'une demi-seconde et le retour sur terre fut dur.
Quand l'odeur de l'alcool parvint à ses narines elle eut l'impression que quelqu'un venait de la frapper au ventre. Elle se redressa frissonnante et regarda autour d'elle, cherchant du regard son éventuel agresseur. Ses poings levés au niveau de sa poitrine et son air défiant étaient pitoyable, et heureusement Kilian ne s'en rendit pas compte. Elle relacha la tension qui sévissait dans ses membres et le regarda de nouveau, presque sûre que cette sensation était tout simplement venue à cause de son retour à la réalité

"-...Apprendre à me défendre ca suffira... J'ai pas besoin de plus, je ne veux pas tuer les gens qui ne m'ont pas attaqué ni essayé de gagner une place qui n'est pas la mienne. Je suis rien au yeux de tous, et je compte bien le rester, prendre de l'importance me gênérait. Je voudrait juste pouvoir garder une place dans l'ombre sans risquer de mourir constament car je suis trop faible..."

Elle le regarda dans les yeux. Quelque chose dans son regard semblait indiquer qu'elle n'était plus la même, ou du moins qu'elle ne se percevait plus comme elle même à cause de ses paroles. Elle l'écouta parler des loups en silence, l'air perdu dans ses pensées avant de reprendre à nouveau la parole. Son ton posé presque relaxant semblait lui aussi nouveau : elle en devenait presque inquiétante. Elle posa son regard violet au fond du sien

"-...J'ai pas envie de courir, et je peux peut être nous garantir une chance de ne pas être pris entre la proie et le chasseur... Si bien sur vous croyez en mes capacités et en l'utilité de la chose je peux amener quelques biches voir toute directement vers les loups..."

Elle baissa les yeux et soupira. Elle était fatiguée, las d'avoir eut peur et froid, et de continuer à sentir ces sentiments, ces impressions. Elle ferma les yeux à demi comme si elle dormait, attendant juste sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 21 Mar - 17:24

Il leva les yeux vers elle, surprenant ces maisn tremblantes. Après une hésitation il osa quitter son masque de dureté pour lui demander si ça allait. Il se contenta d'une réponse positive, et haussa les épaules avant de fermer son sac de voyage. Lorsqu'elle lui parla de ses capacités, il se figea, n'osant pas penser à ce qu'il savait pourtant être le sujet de son discour. Il ferma les yeux, repsirant avec difficulté.

-Tu veux utiliser la magie?

Sa voix était plus rauque qu'il l'aurait voulu. Pour lui, la magie avait toujours était source de douleur. Et même pour une noble cause, il refuserait de l'utiliser. C'était une entorse à la nature, et à son bon fonctionnement. De nouveau, ses yeux verts vinrent trouver refuge dans l'obscurité que leur offraient leurs paupières fermées. Pourtant, dans une lumière aveuglante, les souvenirs surgirent devant ces yeux. Il dû s'apuyer contre un arbre pour ne pas tomber sous le choc que provoquaient ces images. Au bout d'un long moment, le manque d'air se fit sentir, et il se rendit alors compte qu'il avait arrêté de respirer. Il passa une main sur son front et soupira.

-Tu maîtrises la magie? Si c'est le cas, je ne suis aps sûr que tu ais besoin d'apprendre à te battre. Nous jouons avec les jouets que les forces supérieurs nous ont donnés. Tous deux, nous avons reçus un art bien différent. Et mê msi je rejette la magie, il est normal que tu te serves de tes atouts comme moi je me sers des miens. Seulement... Je ne sais pas si... Enfin... Je crois que si tu tiens à utiliser ton art, je vais devoir m'éloigner quelques temps. Je reviendrais lorsque tu auras exécuté ce que tu voulais faire.

Il refusait de voir la chaîne de la nature se briser ainsi. Il refusait d'être témoin de ce qui était un changement majeur dans le cycle naturel. Il attrapa son sac qu'il lança sur son épaule avec une agilité surprenante pour son poid, et s'enfonça dans les bois, après avoir humé l'air une dernière fois. La magie... Il décida en vain de ne plus y penser. Il savait que trop bien qu'un simple galet pouvait entraîner une avalanche, et il était bien décidé à laisser la nature faire les choses à son grès, sans y méler la magie qui pouvait créer, avec un geste simple, un tournant majeur dans le monde sauvage. Son monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 21 Mar - 17:50

Elle le regarda partir en frissonant. Comme dans la ruelle noire le matin même elle sentit la peur s'ancrer en elle prendre sa gorge et pétrifier ses membres. Elle était seule, entourée de bête sauvage, dans le noir. Son coeur se mit à tambouriner de toute ses force dans sa poitrine. Elle dut porter ses mains contre son coeur pour avoir l'impression de faire moins de bruit. Elle avait l'impression que les arbres se resseraient autour d'elle et elle commença à vaciller, regardant le ciel en silence. Elle tomba sur le dos dans le plus grand des silences, la chute amortie par les feuilles. Elle continuait de regarder le ciel. Ses mains glissèrent à sa gorge qu'elles serrèrent violemment. La sueur se mit à couler le long de sa peau. Sa respiration saccadée s'acceléra encore un peu.
Elle mit quelques minutes à dominer sa peur et à la contrôler assez pour être en mesure de bouger à nouveau. Elle se leva convulsivement, et se hissa tant bien que mal sur une branche d'un arbre à côté d'elle, déchirant un peu ses minces habits. Du haut de son perchoir, la faible lueur du soleil naissant dans le dos, elle put distinguer des formes mouvantes autour d'elle. Elle souffla doucement, ferma les yeux et baissa les bras vers les animaux qu'elle ne voyait qu'à peine. Leur esprit était faible, c'était surement les herbivores. Elle s'imisca dans leurs esprits et libéra une vision agréable et réconfortante, dirigeant deux ou trois des animaux vers la meute de loup. Elle les libéra de sa domination un peu avant qu'ils atteignent les prédateurs pour leur laisser une chance de survie, bien qu'elle fut presque infime.
Elle entendit un grognement féroce et porta vivement ses mains à ses oreilles, gémissant pour ne pas entendre le bruit du massacre. Elle se mordit les lèvres en silence. Elle frissonna et baissa les yeux au sol. Il n'y avait plus de bruit de lutte, juste des claquements de cros. Elle entendit juste en dessous d'elle un animal de grande taille marcher. Elle baissa les yeux et vit une des biches qui avait échappé à son triste sort.
Sous le coup d'une poussée d'adrénaline elle se laissa tomber sur son dos et serra entre ses maigres bras l'encolure de l'animal qui se mit à faire des bonds gigantesques pour la faire tomber. Elle posa difficilement une main sur son front et l'appaisa avant de caresser son poil d'une main douce. Une fois revenue à elle même la biche s'agita nerveusement, partagée entre le sentiment de sécurité que lui apportait la magie et la peur animale. Néléa continua à la caresser doucement, tremblant de manière incontrolable ne sachant pas comment elle avait réussit à trouver le courage de faire ça. Elle esquissa un sourire nerveux et sentit des larmes couler sur ses joues. C'était la peur qui partait peu à peu. Elle sanglota quelques minutes en silence, toujours juchée sur le dos de la biche. Une fois calmée elle se mit en tête de chercher Kilian. Elle serra doucement les talons sur les flancs de la biche qui sauta de nouveau sur place et manqua de la faire tomber.
Une dizaine de minutes plus tard elle réussit de nouveau à l'amadouer et la fit se diriger vers là où avait disparu Kilian, il avait un moment déjà. Elle trouva la forme allongée de l'humain grâce à une clarté nouvelle. Elle fit avancer la biche jusqu'à lui et le regarda dans les yeux

"-Qu'est ce qu'on fait maintenant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 28 Mar - 21:30

Il avait attendu, plongé dans ses souvenirs et dans l'obscurité. Son esprit avait quitté la terre ferme, se perdant dans un océan de questions. Qu'allait-il faire d'elle? Qu'allait-il lui apprendre? Il n'était pas un Homme bien. Il n'était pas vraiment le genre d'Homme qui pouvait prétendre être capable de lui apprendre quoi que ce soit. Kilian ferma les yeux. Peut-être était-elle la chance de se repentir? De mettre un terme a cette série d'erreurs, de faire ressortir l'humanité qui était perdue en lui. L'humanité. Non, c'était une mauvaise idée. Pire encore, c'était une grave erreur. Si il perdait son mutisme et qu'il détruisait le mur qu'il avait construit pour se protéger des douleurs, il risquait de perdre gros. Il en avait trop bavé pouren arriver là, il était hors de question qu'il fasse demi-tour maintenant. Il allait tenir sa part du marché, et elle ferait de même. Il lui apprendrait ce qu'elle veut savoir, et elle partirait. C'est honteux qu'il se rendit compte qu'il laissait la peur le dicter. Maugréant contre lui même il passa une main désespérée contre son front.

*Je savais que cette fille m'apporterait des ennuies. Et ce n'est que le début.*

Au fond elle n'avait pas tord. Il était lâche, il avait peur d'affronter sa nature et celle des autres. L'exil n'était que la porte de sortie qu'il s'était empressé de prendre après avoir vu ce que les Hommes avaient fait de ce monde. Il savait que ce qui avait toujours dicté ses gestes, c'était la peur terrible de reproduire les mêmes erreurs que sa mère et ses beau-pères. Il avait longuement hésité avant de se marier et d'avoir un enfant, ne suportant pas l'idée de pouvoir leur faire du mal. Mais jamais il n'avait pu lever la main sur elles. Sa famille.
Aubout d'un moment, il entendit le pas léger d'un biche. Un premier oeil s'ouvrit, et un sourcil interrogatif partit à l'assault de son front lorsqu'il découvrit la scène, sous ses yeux. Il ouvrit enfin l'autre oeil et répondit à la question qu'elle avait posée:

-A toi de voir.

Après un court silence, il hésita, puis lança:

-Tu l'as dompté avec ta magie?

Il avait peur de sa réponse. Il avait peur que ce soit un "oui". De nouveau, il repensa à l'horreur qu'avait provoqué l'utilisation de la magie sur un Homme. Combien ça l'avait ravagé. C'était cruel de briser le libre-arbitre d'un être vivant, ou même de l'influencer. Il aurait du mal à s'habituer au moeurs de cette fille, mais il devrait s'y faire si il voulait que cette cohabitation se déroule le mieux possible. Il était bien plus âgé, devait lui apprendre de nombreuses choses, alors ce n'était pas le moment de se laisser appeurer par les rancoeurs du passé. Il se releva et regarda le ciel avant de poser ses yeux sur l'horizon. Même si l'idée ne lui plaisait pas, la jeune femme n'abandonnerait surement pas sa nouvelle... monture. Il pourrait donc parcourir encore plusieurs lieus ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Le marché   Sam 28 Mar - 22:22

Elle le regarda silencieusement le souffle coupé de la brutalité de sa réponse. Il avait lancé ca rapidement séchement, comme si quelque chose dans son arrivé lui avait déplu. Elle grimaça doucement et sa seconde question lui fit comprendre qu'il n'aimait pas l'idée qu'elle ait cette monture, ou du moins qu'il n'aimait pas le fait qu'elle ait pu contrôler son esprit. Elle pencha la tête sur le côté légèrement pensive et esquissa un très léger sourire.

"-A vrai dire je ne l'ai pas dompté."

Elle lui lança un regard bref puis caressa l'encolure de l'animal en silence les yeux rivés au sol de peur qu'il ne s'énerve ou qu'il lui fasse quelques remontrances. Elle frissonna de manière presque imperceptible puis reprit :

"-J'ai effectivement utilisé la magie pour l'envoyer vers les loups, et par miracle elle a survécu au massacre. J'ai sauté sur son dos, je ne sais pas trop pourquoi... En tout cas je l'ai fait, et ensuite j'ai tenu tant bien que mal sur son dos. Je n'ai fait que la calmer par magie en lui montrant que je n'étais pas une personne dangereuse. Je n'ai pas contrôler son esprit, je lui ai simplement fait comprendre quelque chose qui aurait pris beaucoup plus de temps à être comprise si je n'avais pas utilisé la magie. Ensuite je l'ai calmé et rassuré avec des caresses. Bon la faire avancer à été plus dur, mais j'ai finis par y arriver à force de douceur ! En tout cas je l'ai trouvé très gentille de rapidement m'accepté !"

Elle rit un instant repensant à la peur qu'elle avait eut de tomber quand elle était sur son dos. Un frissonnement parcouru de nouveau son corps. Néléa mit pied à terre en caressant le poil de la biche qui ne s'éloigna pas pour autant, docile, mais aussi attentive au mouvement de la jeune fille, la regardant du coin de l'oeil. D'une pression sur le bas de son encolure Néléa la fit avancer jusqu'à Kilian. Elle se plongea dans son regard, l'espace d'une seconde, franche et souriante puis baissa les yeux sachant qu'il ne lui rendrait jamais un sentiment d'une telle intensité

"-Elle s'appelle Lise, enfin je crois..."

Elle baissa la tête

"-Je ne vais pas choisir ce qu'on fait car... C'est vous qui connaissez les lieux, et ce que je dois apprendre. Donc je m'en réfère à vous, c'est ce qui me semble pour le moment le mieux... Et ne le prenez pas comme une marque de faiblesse ou je ne sais quoi. Je veux apprendre !"

Elle caressa doucement l'encolure de la biche : c'était un réflexe qu'elle avait acquis très rapidement, surement car elle avait l'habitude de cotoyer les animaux du cirque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le marché   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le marché
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» TOR mets sur le marché :
» Etude de marché pour une boutique à thème médiéval
» Le marché multi epoque de brouages 2012
» Ouverture du marché de Cabestan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ede Elu :: Le livre intemporel :: Nouveautés et scénarii-
Sauter vers: