Quand les années noires reviennent...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 13:23

**Présentation réelle**

-Prénom : Anaïs
-Age : 15
-Hobbies : Sport, Pc, musique... ^^
-une passion ou un talent à présenter ? : euhhh... Briser les doigts de ses petits camarades, ça compte? ^^

-Ce que j'aime : La loyauté, la solidarité, l'adrénaline, le combat...
-Ce que je n'aime pas : L'hypocrisie, la lâcheté, l'homophobie, le racisme...
-Question musique ? : Très ouverte sauf pour le rap, country ou la funk... :{
-Et les films ? : Les promesses de l'ombre, A armes égales, Vertical Limit...

-Région ? Département ? Ville ? : Dans mon imagination
-Adresse msn ? Skype ? Autre ? :


**Présentation du personnage**

-Nom : Zvinitch
-Prénom : Kilian Lyov
-Age ou tranche d'age : 37
-Sexe : Mâle
-Race : Sélénite/Chevaucheur de loup
-Alignement : neutre


-Caractère :

Kilian est un homme très peu sociable, et a prit l’habitude de vivre en solitaire. Le monde qui l’entoure ne lui plait pas, et il se méfie de tous ceux qui croisent son chemin. Il ne cherche pas à se faire d’amis et est particulièrement renfermé. Acerbe, il a un sens de l'humour cynique. Il s'est forgée une carapace pour que la réalité ne la marque plus, s'étant vite rendu compte que s'investir émotionnellement fait terriblement mal. Passionné par la mer et les grandes sensations, il ne recule devant rien, d'autant plus si la moindre goutte d'adrénaline peut être savourée. Autrefois agressif, ne se laissant pas faire, et toujours à la recherche de baston, il apprend petit à petit à oublier sa haine. C'est un homme qui se concidère contre la violence, mais qui n'hésite pas à frapper ou tuer si il doit le faire. Il aime faire des acrobaties, testant ses limites et celles des autres. Il a un grand sens de l'orientation et se débrouille parfaitement dans la nature pour survivre. Ayant un passé très douloureux, il n'en parle jamais et ne laisse pas percevoir le moindre sentiment, se terrant dans une carapace pour ne pas prendre de coup. S'étant tellement éloigné de sa nature d'homme, il ne ressent plus rien. Contrairement à beaucoup d'hommes qui encaissent les coups sans broncher, lui, ils ne les sent même plus. Sa carapace reçoit tout, sans qu'il soit ébranler. Mais il sait aussi que si elle vient à céder, alors ses sentiments à fleurs de peau exploseront en lui, pour lui prouver que sans sentiment, la vie n'est qu'une suite de souffle sans interêt. Il a peur de se retrouver dans cette situation, car il ne veut plus souffrir. La douleur physique ne lui fait pas peur, ayant déjà été torturé par le passé, mais un simple aller retour dans le passé de sa mémoire, et il sait qu'il ne pourra pas se relever. Tentant de s'auto persuafer que personne ne peut le briser, il avance sans regarder autour de lui, las de voir que la barbarie règne toujours dans le monde des hommes.
Kilian est quelqu'un qui tient à sa liberté, cherchant à vivre en paix, tuant pour ne pas être tué, évitant le conflit. Il s'énerve seulement quand on le replonge dans son passé ou quand on insulte ses proches. Etant donné qu'il évite la compagnie, il est donc de nature assez calme, fuyant ses démons intérieurs et les fantômes de son passé. En harmonie avec la nature, il ne tue que les bêtes qui veulent le manger, ou celles qu'il veut manger, respectant ces êtres dont il n'abandonne jamais la dépouille sur place.
Très sensible aux malheurs des autres, il a quitté son peuple et est devenu une sorte d’indépendant mercenaire qui cherche à rendre justice, défendant contre tous, la veuve et l'orphelin. Il cache cette sensibilité et parait parfois "jem'enfoutiste" envers la souffrance d'autrui, pour masquer le fait qu'elle le touche, d'autant plus si ces personnes ont vécues des experiences semblables aux siennes. Il essaye de cacher sa douleur et ses autres sentiments derrière un masque de dureté et d’assurance. C’est un guerrièr très doué au maniement d'armes, mais il préfère le combat à main nu, étant plus à l'aise et connaissant parfaitement les points vitaux du corps humains, sachant quelle simple frappe pouvait être fatale. Kilian ne connaît que trop bien l'amour et fuit ce sentiment, porteur de douleur. Pour lui, c’est une source de faiblesse et une véritable chaîne faite seulement pour t’entraver. Il dit souvent que l’amour est un pretexte qu’a inventé la nature visant à la reproduction, mais c'est simplement pour oublier le fait qu'il avait aimé une femme et sa fille, que la guerre emporta tandis qu'il était parti combattre pour son peuple. Il sent très facilement quand on cherche à lui mentir ou à le manipuler car il excelle elle-même dans cet art. Solitaire à la recherche de l'ivresse à l'état pur, il excelle dans l'art du camouflage, art, qui d'ailleurs lui a souvent servi.
C'est un homme qui parle peu, mais qui sait toujours quoi dire et à quel moment, pour aider ou au contraire en rajouter une couche. Ses petites phrases cyniques et cette façon qu'il a de garder son passé dans le plus grand mystère renforce son côté charismatique.



-Physique :

Kilian mesure 1m86 pour 80 kilos environ. Assez large d'épaules, il est agile et se faufile facilement dans l'ombre. Il va là où sa force et son agilité l'emène, aucun endroit lui est inaccessible. Il a de nombreuses cicatrices barrant son torse, ses bras, et une particlièrement voyante en bas de son dos, ainsi qu'une autre entourant au 3/4 son biceps droit, souvenir d'une scie, instrument de torutre très aprecié par ses énnemis. Il a une marque au fer rouge sur son poignet gauche, souvenir de sa mère. Il a la peau légèrement halée, les cheveux noirs coiffés en brosse, et un regard vert aux reflets parfois doré. Il porte des bottes montantes jusque mi-tibias, un pantalon sombre bouffant très légèrement par dessus, un haut moulant de couleur pâle, une chemise en lin dans les mêmes tons que son pantalon, et une veste épaisse pour les hivers un peu plus rude. Etant métisse, il n'a pas hérité d'une des caractéristiques de son peuple de chevaucheurs de loups: la longue queue de loup. Endurant et parfaitement musclé par ses durs labeurs, il n'a aucun mal à courir toute une journée, ou à escalader dans un froid glacial une falaise abrupte. Etant très résistant, il ne s'arrête que lorsqu'il en a envie ou que les jours sans manger ni se reposer commencent à se faire sentir. Son regard est froid, mais son air ténébreux montre que cet homme mysterieux cache un passé douloureux. Il a une démarche légère, presque féline, sans pour autant être féminine. Les rares sourires qu'il esquisse sont souvent sadique ou cynique, mais il n'a jamais l'air prétentieux.



-Niveau social :

Mercenaire non reconnu par la société.



-Aptitudes, et talent particuliers :

Combat: Excelle en combat rapproché, connaissant chaque prises, chaques points vitals, et les points faibles du corps humain.


Discretion :
La compétence discretion permet de passer plus facilement inaperçu. Elle est nottament très utile pour les voleurs et surtout les voleurs à la tire. Elle peut aussi permettre de se glisser dans des endroits interdits.


-Profession :


Kilian est un mercenaire à son propre compte. Il fait ce qui lui semble juste et ne dépend de personne. Vivant du produit de sa chasse ou de ses vols, il prend seulement le strict minimum.



-Somme d'argent de départ désirée : /


Dernière édition par Kilian Zvinitch le Sam 28 Fév - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 13:23

-Histoire :


Kilian Lyov Zvinitch est né en hiver. Fruit d'un total abandon de l'amour propre et de la luxure, il grandit dans un environnement de violence sans haine, et de lassitude certaine face aux sentiments. Ceux qu'il était forcé d'apeler "père" et "mère" n'était que des lâches qui se défoulaient sur lui. Il ne s'est jamais plaint, car, d'une il ne connaissait que ça, et de deux, ça n'aurait rien changé. Au fond, il trouvait qu'il avait été avantagé, car au moins, il était indépendant, dur. Oui, sa mère n'était pas parfaite. Oui, elle lui arrachait le visage avec ses ongles et tout ce qui passait à sa portée, oui elle lui avait fait comprendre que quand on ne veut pas saigner, il faut soit courrir, soit frapper. Oui, il avait vu les beaux-pères défiler. Tous plus bâtard les un que les autres. Le genre de types qui le faisait travailler dehors, quelque soit la saison ou le temps, à l'âge de quatre ans, puis qui lui volait son argent pour aller boire ou se taper des prostituées. Le genre de mec qui a besoin de se défouler, et qui, chaque jour, peut-être trente fois, peut-être plus, venait le frapper. lui briser la clavicule, des côtes, des bras, des jambes. Le balançant dans les escaliers, le piétinant. Parfois, plongé dans ses souvenirs, Kilian le revois encore, assis ici, lui disant d'approcher. Et même si il savait que quelque chose clochait, il obéissait. L'homme lui disait: "Attention, derrière toi." Il se retournait et là l'adulte le frappait. Ensuite il disait: "Tu vois gamin, il ne faut jamais croire les gens. Faut bien que t'apprennes." Et ça plusieurs fois par jour. Il lui a brisé le nez 9 fois. Le problème, c'est que à 11 ans, il eut une soeur. Et il fallait qu'il soit deux fois plus prudent, ne voulant pas qu'elle subisse le même sort que lui. Alors il s'interposait entre le berceau et les poings de tous ces hommes. Il mangeait les restes, dormais dehors, s'occupait de sa soeur, volait... Et puis il a découvert les combats de rues. Ca paye bien. Evidement, on saigne, on se fait briser tous les os un par un, mais il était habitué. L'homme qui l'avait entrainé lui avait dit ça: "Vous tournez un peu en rond au début, puis tu frappes, il se baisse, tu vois pourpre, tu n’entends plus les cris de la foule, tu frappes, frappes, sans te poser de question, tu entends le peau qui se déchire, les gémissements de ton adversaire. Tes bras et tes côtes sont lacérés, ton arcade et ta lèvre sont explosées mais tu continues à te battre, la douleur ? Tu ne la sens même plus, les muscles bandés, l’œil en feu, ta haine décuple tes forces, tu frappes sans savoir où, ni pourquoi. D’un coup, tu encaisses une frappe plus puissante que les autres, tu saignes, la blessure continue à pisser le sang, elle ne veut pas s’arrêter, tu commences à t’inquiéter. Pourquoi es-tu venu ici ? pour le sang ? l’adrénaline ? l’argent ? Pour te prouver que tu vauts quelque chose ? Peu importe il est trop tard. Ta vision se trouble, tu encaisses d’autres coups et tu frappes en retour, l’autre recule, d’un violent coup dans le nez tu arrive à obtenir une trêve un instant, tu respires, prends conscience de ta douleur, l’enchaîne, mais avec l’énergie du désespoir ton adversaire, frappe, la bouche en sang, et tu encaisses un dernier coup. Ton corps tombe, comme au ralenti, sur le sol, le bruit est lointain, ce qui n’était que lumière devient sombre, ton regard se vide, ton cœur bats lentement, trop lentement… il s’arrête, ta haine t’as vaincu, la bête qui s’était déchaînée s’endors, et tu pries, un sourire aux lèvres, pour pouvoir, une dernière fois, recommencer. Ton instinct primitif qu’est la violence vient de prendre ta vie, il va aller s’amuser avec quelqu’un d’autre maintenant." Il avait raison. Il se souvenais encore de la première fois qu'il s'était battu. Il avait craché sa haine, craché son fiel, aussi fort qu'il l'avait pu. Il avait exorcisé le feu qui brûlait ses entrailles, éprouvant une montée d'adrénaline et de plaisir ardent dans sa gorge, enflammant son corps, décuplant ses forces, un plaisir animal, réveillant un instinct primitif, un plaisir sadique, une folie brûlante, qui, après réflexion, le terrorisa. Comment pouvait-on frapper ainsi, avec tellement de plaisir devant la puissance que l'on exerçait, le pouvoir que l'on avait sur la victime de nos actes, la souffrance que l'on causait? Comment pouvait-on se transformer en bête indomptable que seul la violence guidait? Comment pouvait-on changer ainsi de personnalité et oublier le peu d'humanité qu'il nous restait, en l'espace d'un instant? Comment pouvait-il devenir ceux qu'il avait tant haït. Guidé par cette haine, par une rage trop souvent oubliée, il avait frappé, aveuglé, ne sentant rien d'autre que le corps de son adversaire et les gémissements que ce malheureux tentait de taire, le sang qui dégoulinait, poisseux entre ses doigts, mais au parfum si enivrant, et le tressautement de l'homme sous le poid de son corps, immobilisé, incapable de se défendre. Et lui, la mort dans les yeux, le sourire noyé dans son fiel et son rire, incapable de s'arrêter, expulsant toute la violence dont il était l'hôte, n'entendant plus les rugisments de la foule. Ne sentant que la chaleur de son propre sang qui se mêlait à celui de l'homme, en face. Le fiel et le sang se mêlent, l'humain perd son humanité, l'animal déchaîné sort de sa cage, le lion dans l'arène qui rugit contre la foule, contre l'homme. C'était dans ce genre de moments qu'il avait remarqué que quelque soit le vécu, les différences entre les hommes, mis à nu, dans une telle colère, ils étaient tous à égalité. L'homme et son égal, restreint à l'état bestial. C'était dans ses moments de folie, où seul le pourpre et le noir dominaient, qu'il se sentait vivant. Et il fallait bien gagner sa vie. Les seuls combats qu'il refusait, c'étaient ceux aux armes blanches, ne pouvant prendre le risque d'abandonner sa soeur. Mais quand il rentrait chez lui. Disons plutôt, quand son beau-père lui permettait de rentrer chez lui, c'était pour un traitement pire, pour affronter une autre réalité. Dans les combats, il pouvait se défendre, pas là. L'adulte l'attachait sur une table,... et se livrait à des tas d'experiences magiques, testant de nouveaux sorts... Tous les effets secondaires n'étaient qu'éphemères, du moins pour lui. Il se laissait faire car il savait que si il s'en allait, il s'en prendrait à sa soeur. De plus, Kilian ne fuyait pas. Jamais. Alors il finissait la plupart du temps, allongé, tremblant, fievreux, drogué, subissant de violentes douleurs, convulsant, parfois, saignant par les yeux, les oreilles, le nez... Et puis un jour il s'en est pri à sa soeur. Il ne l'a pas suporté. Alors oui. Il a atrappé un tuyau en métal, et il l'a frappé à mort, gardant derrière ses paupières fermées l'image de sa soeur pleurant, tremblant, hurlant de douleur. Au bout d'un moment il ne fit plus que frapper un tas d'os mouillés sur le sol. Persuadé d'être un monstre de violence et de sang, comme sa mère et tous ses beau-pères, il comprit que si il voulait tenter d'émmerger, il fallait qu'il s'engage dans l'armée. C'était ça ou il terminait mal. Lorsque sa soeur eu 15 ans, elle se suicida. Elle avait été victime d'une experience magique. Une seule. Une seule experience dont les effets n'ont pas été éphémères. Elle subissait souvent des abscences, oubliant tout, étant dangereuse pour les autres et pour elle-même. N'en pouvant plus de toute cette peur, elle a mis fin à ses jours. Pourquoi lui, était-il toujours là? Il frôle la mort en étant bléssé de nombreuses fois, il a été torturé pendant la guerre, il revient de ce que le monde apellerait l'enfer, et il est toujours debout. Elle, elle subie une épreuve difficile, et n'arrive pas à s'en remettre. Une seule. Et elle meurt. A l'armée Il comprit enfin son rôle. Il n'était que l'un des enfants oubliés de ce monde, la merde méprisée dont personne ne veut, le chien qui va faire le sale boulot. Et cette situation lui plaisait. La vie n'a rien à lui apporter. Elle ne lui a jamais rien apportée. Alors les missions à risques lui plaisent. Il n'a pas peur. Jamais. Il voit les hommes tomber, les noms rejoignant l'anonymat, les hurlements de douleur finissant par se taire pour faire subsister un silence qui rassure. Ses frères meurent sous ses yeux, et il se terre très loin pour ne pas avoir à endurer ça. Il ne veut plus voir les tripes de ses camarades qui se sortent de leurs ventres déchirés, et lui tombent dessus quand ils apellent leurs mères. Il ne veut plus voir le regard de ses frères, dont les cadavres le fixent la bouche entrouverte, comme pour une dernière prière. Alors il s'éloigne de sa nature Humaine à un tel point qu'il n'est même plus sûr d'en faire parti. Il interprète avec exactitude chaque geste et réaction des autres personnes car il a un point de vue objectif sur eux. Il sait ce qu'ils pensent à chaque moment. Mais en guerre, ça ne lui sert à rien. Puis il rentre auprès de son peuple. Il est encore debout. Mais là, ce monde pour lequel il s'est battu, cette nation pour qui il a vidé ses tripes, pour qui il donnerait sa vie, ne veut plus de lui. Il est un soldat, un mercenaire. Un homme guidé par le sang et la lame. Il n'y a plus de places pour lui. Il n'y en a jamais eu d'ailleurs. Il est l'enfant oublié d'un monde qui le renie, il est la déjection méprisée d'un monde qui ne le comprend pas, et qu'il ne comprend pas. Il tente de refaire sa vie, jusqu'au jour où de nouveau, le drapeau d'une nation apelle les hommes. Il répond. Il répond toujours. Mais peu de temps après son départ, sa femme et sa fille furent massacrée alros qu'il se battait pour éviter ce genre de choses. C'est l'évenement qui fait ressurgir les images qu'il tente d'oublier, sans y parvenir. Encore une fois, des personnes qu'il aime sont mortes. Encore une fois il reste debout. Malgrès tout ce qu'il a fait, la mort a décidé que ce n'était pas son heure. Elle le punit en le laissant encore sur cette terre, pour qu'il cherche désespérement une nouvelle chose à laquelle s'acrocher. En vain. Et puis, par une nuit d'hiver, la souffrance pousse à la solitude, qui conduit à l'exil. Depuis il herre sans but, attendant la fin, refusant l'aide des autres, refusant d'aider, sauf, parfois, lorsque sa concience hurle trop fort dans son crâne pour qu'il ne puisse l'écouter. Alors il aide. Il refuse remerciements et excuses, accomplissant sa besogne mécaniquement, quelle qu'elle soit, en silence, sans réfléchir, toujours perdu dans ses pensées, refoulant un passé trop lourd pour un corps et un esprit qui a tant encaissé. Ne lui dîtes pas que vous pouvez l'aider. Ne lui dites pas ça. Ne le dites pas, parce que vous savez tous que c'est faux. Aujourd'hui, il se rend compte qu'il a tellement eu de secondes chances qu'il doit en être digne et faire quelque chose qui a du sens. Alors a chaque fois c'est la même chose. Il se lève le matin pour faire ce qu'il s'efforce de faire depuis des années: survivre, et faire ce qui lui semble juste.

"C'est comme... comme se noyer constament. On a l'impression d'être dans un lac gelé à longueur de temps, et à chaque fois qu'on tente de sortir la tête pour repsirer, on se rend compte qu'on ne fait qu'avaler cette eau noire et lourde qui pénetre en soi, nous faisant couler jusqu'au fond, où on attend la fin, asphyxiant toujours un peu plus."





Désolé pour le double post mais ma présentation était trop longue... :}


Dernière édition par Kilian Zvinitch le Sam 28 Fév - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 15:06

Pas de problème pour le double poste bien sûr. Je pense juste que "les expériences scientifiques" créent un décalage temporel : nous sommes dans une sorte de moyen âge, alors les gens n'ont pas forcément conscience de quoi est fait l'intérieur de l'être humain, de son mode de fonctionnement et ne cherche donc pas à l'étudier. Si j'étais toi je préférerais une expérience incluant la magie plutôt que les gaz : à Ede Elu, on a conscience des flux magiques, mais des gaz sûrement pas.

Après je suis aussi un peu gêné par ce que tu as mis sur le combat des rues avec les clous et le verre. Ma ptite ca se passe surement comme ca maintenant, mais à l'époque c'était plus du pugilat juste à main nue et voila ^^


Sinon c'est très bien, dommage que le physique ne suive pas la description psychologique et l'histoire !

Dès que tu auras revu un peu les anachronismes ca sera bon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 15:13

Anachronismes corrigés, à moins que j'ai oublié des détails...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néléa DreamHollow
Admin
avatar


Feuille de personnage
Race: Elfe d'eau - Sélénite
Profession: bête de foire et fille de joie
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 15:21

C'est bon ^-^ Fiche acceptée bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivre.jdrforum.com
Kilian Zvinitch

avatar


Feuille de personnage
Race: Sélénite / Chevaucheur de loup
Profession: Mercenaire
Liens avec les autres personnages:

MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   Sam 28 Fév - 15:22

Mercii! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation Kilian Lyov Zvinitch [acceptée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation Kilian Ménard [Validée]
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ede Elu :: Le livre intemporel :: La page de la mémoire-
Sauter vers: